mercredi 13 décembre 2017
Accueil / L'actualité Bretagne / A Rennes, un conducteur alcoolisé fonce sur des policiers qui ripostent et le tuent ( actualisé)
Photo d'illustration (S.D/L'Essor).

A Rennes, un conducteur alcoolisé fonce sur des policiers qui ripostent et le tuent ( actualisé)

La fin de soirée a tourné au drame. Un automobiliste vraisemblablement sous l’emprise de l’alcool est mort dimanche matin dans le centre-ville de Rennes après avoir foncé sur des policiers, blessant l’un d’eux et provoquant deux tirs de riposte, a-t-on appris auprès du procureur de la République à Rennes. Les faits se sont déroulés dimanche matin vers 8H00 dans le quartier de la gare, en centre-ville.

« Police-secours est appelé par un riverain qui indique qu’un individu cause du tapage, serait alcoolisé, retournerait des scooters et des tables devant la gare, et pourrait être en possession d’un couteau », explique le procureur de la République à Rennes, Nicolas Jacquet. La police prévient une patrouille de la brigade des chemins de fer, qui dépend de la police de l’Air et des Frontières. Trois fonctionnaires se rendent sur place.

Le pronostic vital du policier pas engagé

« Une personne leur indique que l’individu serait monté dans une Twingo grise, qu’ils aperçoivent. Ils s’apprêtent à procéder au contrôle du véhicule lorsque son conducteur fonce sur eux », poursuit M. Jacquet. « Un des fonctionnaires est renversé par le véhicule. Il a été hospitalisé mais son pronostic vital n’est pas engagé, les deux autres fonctionnaires font usage de leur arme a priori à une reprise chacun », ajoute le procureur.

L’automobile, où est assis un passager, a poursuivi sa route le long de l’avenue qui part de la gare, et roulé pendant environ 600 m avant de se retourner, le conducteur semblant en avoir perdu le contrôle. Il a été retrouvé mort à l’intérieur de la voiture. Le passager, indemne, s’est immédiatement rendu à la police. Il a été placé en garde à vue, puis en cellule de dégrisement.

« A ce stade, on ne sait pas si le conducteur est décédé des suites des tirs effectués par les fonctionnaires de police ou dans l’accident qui est survenu après », précise Nicolas Jacquet. Aucun élément n’a été communiqué sur l’identité du conducteur ni sur celle de son passager. Une autopsie doit être pratiquée lundi matin.

Une enquête a été confiée à la police judiciaire s’agissant de la tentative d’homicide volontaire et des circonstances de l’accident. Une enquête de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) sur l’usage des armes est également en cours, conformément à la procédure lorsqu’un policier fait usage de son arme de service. La police scientifique a été dépêchée sur les lieux, accompagnée d’un médecin légiste. Vers midi, la voiture accidentée était toujours présente, retournée, sur l’avenue, qui restait fermée à la circulation.

(Avec AFP)

L’automobiliste  été tué par l’un des deux tirs de riposte des agents, a-t-on appris lundi auprès du
procureur de la République de Rennes.

Un témoin leur a indiqué avoir vu l’homme monter dans une Twingo grise.
Mais au moment où les policiers de la PAF s’apprêtent à effectuer un contrôle, le conducteur accélère: “les deux fonctionnaires se déportent et l’adjoint en retrait est percuté”, a expliqué Nicolas Jacquet, procureur de la République de Rennes, lors d’une conférence de presse lundi.
L’agent, légèrement blessé, est sorti de l’hôpital quelques heures après.
Les deux policiers ont effectué chacun leur tour un tir de riposte pour stopper le conducteur et l’une des balles a ricoché sur une omoplate avant d’atteindre son coeur. L’autopsie réalisée lundi matin confirme que “ce décès est bien la conséquence d’un des tirs des fonctionnaires de police“, a précisé
M. Jacquet.

Positif aux stupéfiants

Lors de l’audition du passager, qui est le propriétaire de la voiture, celui-ci a expliqué que le “conducteur a percuté intentionnellement la police”, a ajouté le procureur.
L’homme décédé, âgé de 26 ans, a été condamné à 29 reprises pour “atteinte à des biens, à des personnes et refus d’obtempérer”. L’automobiliste était recherché par la police pour effectuer une peine de 10 mois d’emprisonnement.
Il présentait en outre un taux d’alcoolémie de 1,19g/l et était positif aux stupéfiants.
L’enquête se poursuit pour déterminer lequel des deux policiers est l’auteur du tir mortel, mais “selon les premiers éléments, l’usage de l’arme a été effectué dans des conditions légales”, a noté le procureur.

A voir également

gendarmes mobiles à Lyon pendant la fête des lumières 2017

Fête des lumières à Lyon : la Gendarmerie très mobilisée (vidéo)

Chaque année, c’est le rendez-vous à ne pas manquer pour tous les Lyonnais. Du  jeudi …

Un commentaire

  1. Quel événement malheureux. J’espère que l’agent blessé s’en remettra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !