lundi 21 août 2017
Accueil / L'actualité PACA / Drame conjugal : un policier du Var tue deux hommes, et se donne la mort (Vidéo de la conférence de presse)

Drame conjugal : un policier du Var tue deux hommes, et se donne la mort (Vidéo de la conférence de presse)

Enquêteur de la brigade de recherches de Nice
La brigade de recherches de Gassin est chargée de l’enquête.  ( Photo d’illustration D.C L’Essor)

Terrible drame dans la nuit de samedi à dimanche dans le golfe de Saint-Tropez dans le Var. Un policier national de la brigade anticriminalité de Toulon, Arnaud Daniel,  a tué avec son arme de service, un Sig Sauer,  à Cogolin ((Var), un homme qu’il soupçonnait d’être l’amant de sa femme, un sapeur-pompier volontaire  et un témoin avant de retourner l’arme contre lui. L’action publique est éteinte, l’auteur ayant mis fin à ses jours.


Le drame s’est déroulé en deux temps, a précisé le procureur la République de Draguignan Ivan Aureil lors d’un point presse tenu dimanche après-midi à Gassin (Var). Le colonel Christophe Hermann, commandant du groupement du Var y participait.

Vers 23 heures, l’épouse du policier a quitté avec ses enfants le domicile conjugal, reprochant à son mari d’avoir exhibé son arme de service devant eux.
Selon ses premières déclarations, l’épouse a alors croisé une patrouille de gendarmerie à laquelle elle a indiqué avoir été menacée avec une arme par son mari.
Envisageant l’hypothèse d’un suicide, démentie par l’épouse, les gendarmes décidaient d’attendre le lendemain pour intervenir.

“Pour la patrouille, on a affaire à un homme armé, certes, mais qui se trouve à son domicile, seul, il n’y a plus de risque particulier pour les tiers, a expliqué le procureur Ivan Auriel lors de la conférence de presse dont Var Matin a rendu compte. La femme est en sécurité. Par sécurité, on n’intervient jamais à domicile d’une personne armée dont on ne connaît pas forcément les antécédents. Il faut prendre des précautions d’usage de sécurité pour éviter que l’intervention crée un trouble plus important que la personne qui dort chez elle tranquillement avec une arme. La patrouille rend compte à sa hiérarchie, qui rend compte au Parquet qui donne ces instructions: vous irez chercher l’homme le lendemain, pour qu’il vienne s’expliquer”.

 

Mais tandis que l’épouse,après avoir confié ses enfants à une proche, regagnait le domicile conjugal,le mari qui, après avoir eu une altercation téléphonique avec l’amant, s’est rendu chez lui vers 2H00 du matin. “Je te nique“, a-t-il lancé brandissant son arme avant d’appuyer sur la gâchette, le tuant sur le coup avant d’abattre un témoin de la scène puis de faire quelques pas et de retourner l’arme contre lui. Deux autres hommes présents sur place ont alors alerté les secours.

En arrêt maladie

Le policier, qui était employé à la BAC de Toulon et était né, comme les deux victimes, en 1977, était en arrêt maladie. Une enquête a été confiée à la brigade de recherches de Gassin ainsi qu’à l’antenne de Fréjus de la section de recherches de Marseille. .
L’IGPN a également été saisi au sujet de l’arme de service utilisée par le meurtrier qui était en arrêt maladie.

Les victimes sont Pascal Bienvenu, sapeur-pompier volontaire à la caserne de Cogolin-Grimaud  et agent de la Communauté de communes du Golfe. Il était père de famille, comme l’était l’autre victime, Jeffrey Occaso, maçon domicilié route des Mines, également marié.

 

A voir également

Véhicule de la gendarmerie (Photo d'illustration/Essor).

Corse : il brise une vitre de la voiture de patrouille et crache sur un gendarme

Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 août, les gendarmes sont intervenus sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *