mardi 22 août 2017
Accueil / A la une / Aube : des mineurs piégeaient leurs victimes sur internet
Photo d'illustration (DR).

Aube : des mineurs piégeaient leurs victimes sur internet

Début mai 2017, les gendarmes aubois sont saisis d’une plainte d’un quadragénaire qui affirme avoir été victime d’une agression commise par deux hommes armés de bâtons. L’agression aurait été suivie du vol des effets personnels de la victime. Les gendarmes font immédiatement le lien entre cette affaire et une tentative d’extorsion commise cinq jours avant dans les mêmes conditions.

Les premières investigations font apparaître l’utilisation d’un site de discussion qui permet aux “tchateurs” de se rencontrer dans un but clairement précisé.

Le travail d’enquête des gendarmes permet d’identifier deux mineurs et deux majeurs. Ces derniers sont scolarisés au sein d’un lycée et d’un collège du secteur.

Le 8 et 9 mai, les quatre mis en cause sont interpellés et placés en garde à vue. Les auditions permettent de clairement de définir le rôle des quatre protagonistes et de préciser le scénario imaginé par le meneur du groupe d’adolescents.

Via le site de discussion, il était proposé une rencontre devant aboutir à des relations sexuelles.

La future victime était alors attirée dans un piège où, à la place de la personne avec qui elle avait convenu de se retrouver, la victime se retrouvait face à des agresseurs qui usaient de menaces et de violences pour lui voler son argent et ses effets personnels.

Et les quatre adolescents d’expliquer qu’ils comptaient sur la honte de la victime tombée dans un piège la mettant dans une situation délicate, ne porterait pas plainte.Le 13 mai, les gendarmes aubois sont, une nouvelle fois, saisis d’une plainte pour agression. La victime affirme avoir était “tasée”, battue et frappée avec un bâton télescopique. Les investigations permettent cette fois ci d’identifier quatre autres mineurs âgés de 14 à 15 ans. Ces derniers sont placés en garde à vue et reconnaissent les faits. Le mode opératoire et les motivations de ces quatre mineurs sont identiques à ceux donnés dans la précédente affaire.

Les investigations mettent à jour une volonté délictuelle de la part des auteurs. Ces derniers ont tenté cependant de minimiser leurs actes, et que, pour certaines victimes qui voulaient tarifer leur rencontre, elles étaient, tout comme eux, dans l’illégalité.

Les auteurs qui fréquentaient les mêmes collège et lycée, ont agi par mimétisme, avec comme but commun, de rançonner les victimes.

Les gendarmes aubois ont donc résolu six faits et neuf mis en cause sont mis en examen, dans le cadre d’une commission rogatoire afin d’identifier d’éventuelles d’autres victimes.

La nature des faits et l’âge des auteurs de ces faits délictueux, oblige à une sensibilisation qui va être faite par les gendarmes de la Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile de l’Aube, un sein des établissements scolaires du secteur.

La gendarmerie de l’Aube appelle à la vigilance pour les personnes qui fréquentent ces sites spécialisées et vous rappelle qu’une affaire criminelle est actuellement en cours de jugement à la cour d’assises de l’Aube.

A voir également

Véhicule de la gendarmerie (Photo d'illustration/Essor).

Corse : il brise une vitre de la voiture de patrouille et crache sur un gendarme

Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 août, les gendarmes sont intervenus sur …

Un commentaire

  1. BELLENGER

    JE M INTERROGE SUR LE NOMBRE DE GENERAUX QUI NE CESSE D AUGMENTER/ QUELLE MASSE SALARIALE AU DETRIMENT DE MATERIELS DONT LA GENDARMERIE AURAIT BESOIN
    EN TANT QU ANCIEN ET ELU JE CONSTATE EGALEMENT L AUGMENTATION DES OFFICIERS
    DES GRADES / LE SOUS OFFICIER A DEUX GALONS C EST DEVENU RARE ET POURTANT J AI PU CONSTATER
    TOUT AU LONG DE MA CARRIERE COMBIEN ILS ETAIENT INDISPENSABLES ET NE RECULAIENT
    PAS DEVANT LES HEURES DE SERVICE A ASSURER……….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *