samedi 27 mai 2017
Accueil / Société / 1950 : quand courtoisie au volant rimait avec sécurité routière
Accident de la route et gendarmes

1950 : quand courtoisie au volant rimait avec sécurité routière

Des milliers de personnes sont victimes de la route chaque année et la sécurité est au cœur de nombreuses préoccupations. La 17e semaine internationale de la courtoisie au volant, qui s’achève dans quelques jours, a été l’occasion de pointer du doigt les (trop) nombreuses incivilités qui se manifestent sur la route et d’inviter les automobilistes à s’interroger sur leur comportement. Si aujourd’hui, sensibiliser à la courtoisie au volant a pour objectif d’améliorer les relations entre les automobilistes, les motards, les cyclistes et les piétons, elle avait pour vocation, au départ, de renforcer la sécurité. Retour dans les années 50…

En 1950, la route tuait neuf à 10.000 personnes par an, sans compter les dizaines de milliers de blessés. Dès chiffres qui ont ensuite doublé, atteignant plus de 18.000 morts officiels en 1972. A cette époque, la courtoisie au volant relève d’abord d’une question de sécurité. L’Union routière, ancêtre de la Sécurité routière, prend alors les premières mesures pour assurer la sécurité de tous.

Instauration de la limitation de vitesse en ville

C’est en 1954 qu’est instaurée pour la première fois une limitation de vitesse en ville, à 60 km/h. Dans la foulée, l’Union routière met en application une idée inédite qui a dû en surprendre plus d’un ! Une voiture laboratoire, prénommée Geneviève, roulait dans les rues de la capitale pour étudier scientifiquement la circulation. Cette mesure s’est rapidement révélée insuffisante et Geneviève a été congédiée pour laisser place aux agents de la route, qui contrôlaient les assurances des automobilistes, obligatoires depuis 1958 et l’alcoolémie, également réprimandée depuis la même année.

Au fil du temps, les mesures et campagnes de sensibilisation se sont multipliées et les chiffres des victimes ont sensiblement diminué. En 2016, moins de 3.500 personnes ont perdu la vie sur les routes. Ce chiffre, bien que 3 fois moins élevé qu’il y a 70 ans, est en augmentation (+ 0,2 %) pour la 3e année consécutive. Une première depuis 1972.

Jennifer Roios

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *